top of page

Pourquoi toutes ces techniques pour gagner en productivité ne font pas évoluer la vôtre d’un iota

Faire plus avec moins! Qui n’en a pas rêvé? Voire n’a pas prié pour y parvenir, sachant combien le sujet est à la mode dans nos organisations?


Aaaah… Jongler habilement entre les dossiers et fixer sereinement les priorités… Mais aussi prendre le temps de cultiver du lien avec l’équipe, être présent·e (pas uniquement physiquement je veux dire). Tenir les délais, enfin, en prenant une urgence ou deux au vol, le tout avec le sourire!


Là, je vous vois sourire, oui…jaune, le sourire, n'est-ce pas? Pourtant, avec tout ce que la littérature compte d’ouvrages sur la productivité et la gestion du temps! Comment ne sommes-nous pas encore devenu·e·s des as en la matière?


Bon allez, je vous rassure, le phénomène est répandu: seules 26% des personnes interrogées dans une étude avaient accompli ce qu’elles avaient prévu de faire en quittant le bureau.


Alors où est l’erreur? Parce qu’il y a urgence si je me fie à mes observations sur le terrain!


Les limites des techniques


Le Professeur Dierdorff, spécialiste en la matière, nous met sur la voie. Ses recherches mettent en évidence qu’il va falloir, en complément des techniques et outils, développer d’autres qualités pour devenir vraiment efficient·e. Il utilise l'image de la gastronomie: posséder les couteaux du grand Chef ne fera pas de vous un cuisiner 3* Michelin pour autant.



Femme les bras croisés sur une pile de dossiers en manque de productivité
Qu'est-ce qui freine votre productivité? Crédit: Adobe Stock


Autrement dit, tout le monde sait que Pareto est votre meilleur allié, que fixer des priorités vous évitera la noyade et qu’avoir des objectifs clairs sera votre meilleur guide. Ce n’est pas pour autant que nous mettons tout cela habilement en œuvre, n’est-ce pas?


Le Professeur Dierdorff présente trois leviers clés pour progresser: la conscience (dans le sens de "penser de manière réaliste son temps"), l’arrangement (concevoir et orchestrer son temps) et l’adaptation (surveiller l’utilisation de son temps). Bien que le second soit le plus familier, les trois dimensions sont d’égale importance. Or, il semble que l’on manque avant tout de capacités d’adaptation et de conscience pour devenir véritablement plus productifs·ives.


Un levier inattendu aux multiples bénéfices


Avec le temps vous me voyez venir, non? La conscience! L’observateur! La capacité de voir ce qui se passe en soi et autour de soi et qui permet de diriger son attention et son action (cf. les 5 secrets - abonnez-vous!).


Le Professeur Dierdorff envisage la conscience de manière ultra pratique: affiner ses estimations ou encore prendre du recul par rapport à une tâche qui prendrait trop de temps. J’émets l’hypothèse qu’il faudra aller plus loin et vous attaquer au vrai sujet: l’observation ce qui se passe en vous!


En réalité, devenir plus productif·ve, c’est changer de comportement, un comportement fait à 95% d’automatismes et de conditionnements, comme le souligne le Professeur et prix Nobel Kahneman dans Thinking fast and slow. Autant dire qu'il y a du travail en perspective!


Devenir plus productif·ve, c'est changer de comportement, un comportement fait à 95% d'automatismes et de conditionnements. Un défi oublié!

Grâce aux neurosciences, on sait désormais que cultiver votre capacité à développer une conscience témoin, l’observateur, et à diriger votre attention sur un point précis, développe une zone dans votre cerveau entre le cortex préfrontal et votre système limbique, une connexion qui vous permet de rétroagir sur vos programmes et autres automatismes mais aussi sur votre stress. C’est là que se cache tout un/vôtre potentiel de développement!


Reprendre votre productivité en main


Toute pratique de pleine conscience et autres techniques de méditation vous permettront de renforcer cette connexion. Pour ma part, au début, m’assoir et méditer était disons... impensable. Si tel est votre cas, pensez yoga ou arts martiaux. Ces pratiques sont souvent une première étape et assez proches d'une sorte de "méditation en mouvement", plus accessible pour les esprits agités ;-).


Ainsi, pour renforcer vos chances de parvenir à changer de comportement, il va falloir devenir conscient·e de vos programmes et automatismes. De là, vous aurez une chance de les modifier, consciemment, par rétroaction, et de mettre en œuvre tous ces fameux trucs et astuces qui doivent booster votre productivité.


En définitive, vous pouvez donc lire tous les livres que vous voulez, devenir plus productif·ive, ce n’est pas qu’une affaire d’outils et de techniques. C’est bien plus proche du développement personnel! Aïe…Oui, c’est une autre histoire.


Ralentir, votre meilleure arme pour gagner en productivité


Concrétement, pour véritablement oser mettre en œuvre certains de ces principes, il va falloir se confronter à sa résistance et à ses peurs: "Si je repousse ce truc, on va penser que je ne suis pas à la hauteur". Et là, c’est tout de suite moins facile cette fixation de priorités, n’est-ce pas?


Pour véritablement oser mettre en oeuvre certains principes liés à la productivité, il va falloir se confronter à sa résistance et à ses peurs.

Vous devinez déjà que les racines peuvent être profondes. Allez dire à la perfectionniste que je suis (mais qui se soigne) de fixer des priorités et de faire du 80%! Nous explorerons ces "profondeurs" dans un prochain billet! Pour passer ces obstacles, il s’agira de développer suffisamment de confort dans l’inconfort.


Vous comprenez l’impact d’une pratique telle que la méditation sur votre performance. N'oublions pas là tout de même un bonus de taille: Si la surcharge vous guette, la méditation est surtout un puissant réducteur de stress! Ce stress qui réduit déjà inévitablement vos capacités cognitives.


En bref,


Les outils et techniques ne vous rendront pas plus productif·ve. Les choses se jouent davantage au niveau de votre capacité à observer votre réalité, sentir votre environnement, vous observer de manière réaliste et faire des choix conscients.


Une des clés de votre productivité tient donc à votre degré de conscience et d’attention à ce qui se passe. La méditation est peut-être un de vos meilleurs alliés pour devenir plus productif·ive. Elle développe votre conscience et votre capacité à rétroagir sur vos conditionnements. Il devient alors possible de rétrograder une priorité, réduire un périmètre, malgré le probable inconfort que cela génère.


Et si gagner en productivité était l’occasion de vous assoir un peu avec vous-même? De mieux comprendre qui vous êtes et ce qui compte pour vous? Mais aussi ce qui vous freine? Au passage formidable réducteur de stress, cette pratique vous amènera une clarté sans pareille pour gagner en efficacité!


Alors, et vous? Vous en êtes où sur le chemin de la productivité? Et qu'est-ce qui vous a aidé à avancer?


Merci de vos partages et au plaisir de vous lire,


Belle semaine !





Comments


bottom of page