top of page

La technique miracle pour le lâcher prise en 5 minutes

"J’ai tout essayé! Par tous les angles, toutes approches, tous les relais possibles. En vain. Malgré une envie initiale, il n’y a pas de réelle volonté à repenser la manière dont on travaille ici! Pire, je sens maintenant qu’on me reproche mon insistance à vouloir changer les choses. Je gêne. C’est énorme! Je suis frustrée! Déçue! Désorientée quant à mon rôle dans ce service!"


L'histoire de Marie résonne? Peut-être que c'est une promotion qui n'est pas venue? Un collègue avec lequel vous avez une relation difficile? Une équipe qui ne veut pas aller dans la "bonne direction"? Les situations sont nombreuses. Les émotions souvent les mêmes.


La nécessité de lâcher prise s’impose comme une évidence. Et pourtant, dans un tel cocktail d’émotions qui tournent en boucle, peu de chance d’y arriver. On l’a vu la semaine dernière, il y a un paradoxe dans le lâcher prise. Quand vous êtes dans la résistance, il va d’abord s’agir de changer l’état intérieur pour envisager tous ces précieux conseils sur le lâcher prise. Autrement dit, il s'agira d'aller mieux émotionnellement avant de pouvoir mettre en pratique prises de conscience, deuil du passé et autres adaptations d'attentes.



Lâcher prise c’est donc d’abord reprendre les commandes du navire


Dans votre résistance à ce que la vie a mis sur votre chemin, vous êtes comme emporté·e par un flot et vous perdez les commandes des opérations. Dans cette énergie, vous êtes victime des circonstances. Victime des actions des autres. Victime du système. Or, celui qui lâche prise est aux commandes. Il fait un choix conscient depuis cette position.


Celui qui résiste est victime. Celui qui lâche prise est aux commandes.

Être aux commandes est un état bien particulier. C’est une posture. Une manière de traverser une situation dans laquelle vous faites face à l’inconfort. Vous ne le subissez pas. Très précisément, vous n’êtes pas cet inconfort, vous l’observez. Veillez à votre vocabulaire: vous "ressentez" de la frustration. Vous "n’êtes" pas frustré. Voyez comment les mots changent déjà la perception et dans le cas présent facilitent une forme de désidentification.


La bonne nouvelle c’est que reprendre les commandes est à portée de main.


Reprendre le contrôle par le corps


Les mouvements de votre corps et votre respiration notamment influencent votre état intérieur. Ceux qui pratiquent une activité sportive le savent bien. L’état intérieur est modifié après la pratique. Et je ne parle pas uniquement d’endorphines. En l’occurrence, les recherches de Amy Cuddy sur le powerposing ont montré qu’il n’y avait pas besoin de grands efforts pour regagner son sentiment de pouvoir.


Exercice pratique:

  • Ouvrez les bras sur les côtés, les poings sur les hanches, tenez-vous le dos droit, les jambes bien ancrées au sol. Regardez droit devant vous la tête haute

  • Combinez cette posture avec des respirations profondes de type "inspiration sur 4 temps et expiration sur 6 ou 8 temps". Gardez votre attention sur la respiration.

  • Prenez 2-3 minutes pour combiner ces deux activités et voyez comment votre état intérieur change.


Plus calme? Plus posé·e? Mais aussi plus confiant·e? Cela s’appelle reprendre les commandes. La posture devrait renforcer votre sentiment de pouvoir. De manière générale, les postures d’ouverture et d’expansion que l’on va trouver en yoga vont avoir ce même effet. Techniquement, ce type de respirations va activer votre nerf vague qui déclenchent la réponse parasympathique de votre système nerveux. Autrement dit, cela va activer la réponse qui réduit le stress, autrement dit, votre pédale de frein.


Reprendre le contrôle par les plantes


Vous pouvez ajouter une plante pour modifier votre état interne rapidement. L’olfaction est un puissant vecteur de modification des états internes. Les nerfs olfactifs sont les seuls à avoir un accès direct au système limbique qui gère vos émotions.


L’huile essentielle de sapin pectiné (abies pectinata) aide à lâcher prise. Elle est excellente en cas de surexcitation et d’épuisement mental et physique. Elle crée un véritable équilibre émotionnel. Ainsi, respirer le flacon, ou 8 gouttes dans un diffuseur compléteront vos efforts. Vous pouvez aussi commencer par respirer 2 gouttes frottées dans vos mains avant de pratiquer ces quelques minutes de powerposing évoqué ci-dessus.


Reprendre le contrôle en changeant l’histoire


Dans l’exemple initial, le sentiment d’impuissance de Marie face à la situation aura certainement diminué. Souvenez-vous que vous créez votre réalité (cf. les 5 secrets du succès et du plaisir au travail que vous recevez en vous inscrivant sur le site). Il y a toutes sortes de bonnes raisons d’avoir créé celle que vous vivez. À ce stade, il s'agira pourtant d'investiguer d'autres options...


Vous créez votre réalité: quelles autres lectures pouvez-vous faire de celle qui vous empêche d'avancer maintenant?

Dans cet état modifié – temporaire je vous l’accorde – vous allez néanmoins pouvoir aborder la situation avec davantage de distance et de calme. Dans cette deuxième étape, commencez à changer votre regard sur la situation que vous vivez. Immédiatement. Et définitivement.


Pour cela il va s’agir d’identifier une histoire plus porteuse que celle qui tourne en boucle. Prenez le temps de vous poser avec de quoi écrire et plongez-vous dans les questions qui suivent:

  • Quel(s) autre(s) sens peut avoir toute cette histoire? Autrement dit, quelle(s) autre(s) lecture(s) puis-je faire de la situation?

  • En toute honnêteté avec moi-même, qu’est-ce que j’ai à apprendre de cette situation?

Donnez-vous du temps pour répondre à ces questions, laissez-les infuser. Mais commencez par les 3 prochaines minutes. Vous serez probablement surpris·e de découvrir les différentes lectures et les apprentissages que vous pourriez faire de cette situation.


Comment le lâcher prise redevient possible


À ce stade, vous pouvez commencer à choisir un autre sens à toute cette situation. Dans le cas des nouveautés refusées par l’organisation de Marie: l’entreprise/le département ne sont pas prêts à opérer les changements qu’elle suggère. Il y a des peurs. Des impacts pour les personnes qui devraient les mettre en place. Ce qu’elle peut apprendre de cette situation? Qu’elle a tendance à avancer de manière très directe ce qui peut faire peur justement. Qu’elle pourrait modérer le pas et mettre une partie de son énergie de transformation dans des projets personnels pour gagner en endurance.


À partir de là, utilisez toutes les ressources qui vous seront utiles pour travailler sur le lâcher prise. Il y a pléthore de livres et articles sur le sujet. Dans cet état d’esprit et en ayant recadré votre histoire, ces démarches deviennent plus abordables. Marie aura peut-être un deuil à faire mais elle le fera sur un terrain plus serein et fertile.


Utilisez ces 2 étapes aussi souvent que nécessaire quand vous travaillez sur des problématiques plus complexes. Le réflexe à cultiver est de changer cet état intérieur et vos pensées en amont pour tirer le maximum des multiples stratégies de lâcher prise.


Comment prévenir plutôt que guérir


La seule chose que vous contrôlez vraiment c’est vous. Décevant? Changez de perspective! Vous avez bien plus de pouvoir que vous ne le pensez! Sur votre état intérieur, vos émotions, vos pensées et en définitive votre réalité. Et lorsque vous êtes aux commandes de vous-même, vous n’êtes plus victime de la situation. Je vous invite donc à cultiver cette posture en toute circonstances.


Elena Brower, une de mes professeures de yoga disait dans un cours: are you a slave or are a servant in this situation? Victime ou serviteur? Autrement dit: comment pouvez-vous servir la situation? Comment pouvez-vous vous servir de cette situation pour grandir?


Développez ce réflexe de vous demander comment vous pouvez changer de perspective sur la situation au moment où elle se présente, par ce simple questionnement.


En bref,


Pour lâcher prise, il est impératif de sortir de la forme d’obsession/résistance émotionnelle qui est la vôtre au moment où vous vivez une situation difficile. Pour ce faire, agissez sur votre chimie intérieure et retrouvez un état interne plus porteur:

  • La posture d'expansion du powerposing, pour redonner un sentiment de confiance et pouvoir

  • La respiration, profonde et avec expiration lente, pour calmer et réduire le stress

  • L’huile essentielle de sapin pectiné, pour préparer votre cerveau au lâcher prise.

Ensuite, demandez-vous quelles autres lectures vous pourriez faire de la situation et choisissez celle qui sera la plus porteuse pour vous. C’est un choix! C’est entre vos mains!


Si après cela vous êtes face à des situations qui nécessitent un travail plus en profondeur, tournez-vous vers ce que la littérature et les spécialistes pourront vous apporter. Répétez au besoin ces astuces pour avancer pas à pas dans votre processus de lâcher prise.


Quant à Marie, ses mésaventures lui ont permis de comprendre à quel point elle doit travailler sur un certain perfectionnisme… un chemin de longue haleine mais qui est entre ses mains!


Alors, si votre état intérieur diffère d’un état de joie et de sérénité, faites le test: prenez 2 minutes pour changer de posture et votre respiration. Prenez-en 3 pour réécrire l'histoire et... partagez votre « avant-après » dans les commentaires ci-dessous. Je me réjouis de vous lire!


À la semaine prochaine!










Comentarios


bottom of page