top of page

Sortir du piège de l'harmonie: comment embrasser le conflit mène à la croissance personnelle et professionnelle

Déjà eu cette idée voire cette conviction qu'un environnement harmonieux, sans conflit, est le chemin le plus sûr vers le plaisir au travail et le succès?


Vous avez même noté votre tendance à minimiser le désaccord voire à carrément ne rien dire, alors même qu'il vous suit partout? Avec le temps, la chose vous grignote d'ailleurs de l'intérieur et génère frustration et irritation. Vous marchez constamment sur des oeufs et vous sentez tendu·e dans les échanges. Démuni·e, vous ne savez pas comment vous y prendre.

.

Sounds familiar? Beaucoup d'entre nous développent une aversion aux conflits dans une quête d'une vie paisible et harmonieuse. Or cette approche a de sérieux impacts justement sur notre plaisir au travail et plus généralement notre capacité à grandir tant personnellement que professionnellement. Pire, ces situations peuvent générer un terrible sentiment d'être pris au piège.


Dans ce post, je vous invite à explorer pourquoi il est temps de réviser cette idée et comment le faire. Découvrez pourquoi c'est embrasser des points de vue divergents voire opposés qui vous aidera à mener à une vie plus épanouissante et efficace.


La méprise autour de la notion d'harmonie


Au cœur de l'aversion aux conflits se trouve une croyance commune: l'harmonie équivaut au bonheur. Bien que l'harmonie puisse créer un environnement agréable, elle peut masquer des problèmes sous-jacents et empêcher le progrès.


Dans "The Five Dysfunctions of a Team", l'auteur et consultant Patrick Lencioni explique comment les équipes qui s'engagent dans des conflits sains performent mieux parce qu'elles abordent les problèmes ouvertement et prennent de meilleures décisions. Cette compétence est même au cœur de la performance d'équipe et de l'intelligence collective.


Two women seated face to face in conflict
L'inconfortable face-à-face n'a pas besoin de l'être - Credit: Unsplash

Dans un monde VUCA, cultiver des conflits sains fera ou défera votre capacité d'innovation. Alors, lorsque nous évitons les conflits à tout prix, nous manquons des opportunités précieuses de croissance et d'amélioration. Parce que le conflit, lorsqu'il est abordé de manière constructive, peut être un puissant catalyseur de changement.


La peur du conflit


Malgré ces avantages clairs, l'évitement des conflits reste courant à tous les niveaux de nos organisations. Pourquoi en est-il ainsi? Beaucoup de gens détestent les conflits pour leur dimension potentiellement hautement émotionnelle et moins pour des raisons rationnelles.


Alors, au lieu de vous lister outils et techniques pour gérer des conflit que vous n'utiliserez pas, plongeons plus profondément pour comprendre ce que les conflits déclenchent en vous.


Les racines de l'aversion au conflit


Il y a le plus souvent 3 peurs sous-jacentes derrière l'inconfort que les conflits génèrent:


  • La peur de ne pas être aimé·e et de ne pas plaire Beaucoup de gens n'aiment pas les conflits parce qu'ils menacent leur besoin d'être aimés et de plaire aux autres. Ce désir profond provient souvent d'une peur du rejet ou de la désapprobation. Défier le status quo c'est affronter la possibilité que nos actions ou opinions ne soient pas universellement acceptées.


  • Peur d'avoir tort et besoin de prouver Le conflit peut vous rendre mal à l'aise, surtout s'il expose vos vulnérabilités ou des domaines où vous pourriez avoir tort ou ne pas savoir. Cela peut être particulièrement pénible pour ceux qui ressentent un fort besoin sous-jacent de· prouver leur valeur. La peur de ne pas avoir toutes les réponses ou d'être perçu·e comme inadéquat·e peut pousser les gens à éviter le conflit, préférant la sécurité de l'harmonie au risque de la confrontation.


  • Peur que le conflit compromette l'harmonie Une autre raison courante pour éviter le conflit est la croyance qu'il perturbe l'harmonie. Si vous avez un besoin fort d'un environnement paisible, le conflit peut sembler intrinsèquement destructeur. Cette croyance conduit à la méprise que tous les désaccords sont nuisibles et doivent être évités pour maintenir la tranquillité.


Au fait, voulez-vous une perspective utile et rassurante sur les deux premières peurs? Elles sont partagées par probablement 80 % d'entre nous. Le Dr Gabor Maté les identifie comme les deux peurs résultant de nos deux besoins fondamentaux en tant qu'êtres humains : le besoin d'être soi-même tel que nous sommes et le besoin de connexion/d'attachement. Nos peurs sont enracinées dans notre enfance et "traînées" au fil du temps. Et puisque les émotions l'emportent toujours sur la logique, nous les gardons même si nous connaissons la valeur, par exemple, du conflit!


Recadrer le conflit


Comprendre ces raisons sous-jacentes est la première étape pour changer votre état d'esprit à propos du conflit. Au lieu de considérer le conflit comme une menace, considérez-le comme une opportunité de croissance et d'amélioration. Voici trois questions pour vous aider à changer votre perspective sur le conflit:


  • Se concentrer sur le progrès, pas sur l'approbation Rappelez-vous de toutes les personnes autour de vous qui vous confirment que vous êtes digne d'amour! Une poignée suffit. Vous êtes déjà aimé·e et apprécié·e. Alors, avez-vous vraiment besoin d'une preuve supplémentaire? Ensuite, demandez-vous: ai-je besoin de l'approbation de tout le monde ou ai-je besoin de faire avancer les choses? Chercher une approbation universelle est non seulement irréaliste mais aussi inutile. Ce qui importe vraiment, c'est de progresser et d'atteindre vos objectifs. Le conflit peut être un outil puissant pour favoriser le changement et l'innovation.


  • Se séparer de ses idées ou actions Réfléchissez à ceci: comment puis-je séparer ma valeur personnelle de mes idées et de mes actions? Embrassez l'idée que votre valeur en tant que personne n'est pas liée à vos opinions ou à ce que vous faites. En voyant les idées et les actions (notamment celles liées par exemple à votre rôle de cadre) comme des entités séparées, vous pouvez vous engager dans un conflit sans vous sentir personnellement attaqué·e. Rappelez-vous que vous êtes quelqu'un de bien tel·le que vous êtes et que vous l'avez toujours été.


  • Cultiver les relations et jouer avec les idées Demandez-vous enfin ceci: comment pouvez-vous cultiver des relations harmonieuses et traiter idées et opinions comme des entités distinctes des personnes qui les détiennent? Si nous pouvons dissocier les idées des individus qui les proposent, nous créons un espace où les idées peuvent être librement examinées et débattues. Partez du principe que tout le monde est quelqu'un de bien, puis explorez comment différentes perspectives peuvent contribuer à de meilleurs résultats. Cette approche favorise un environnement collaboratif où le conflit devient une force constructive et créative. Chérissez les relations et challengez les idées.


L'astuce utile de la Professeure Brené Brown


Dans son excellent livre "Dare to Lead", la Professeure Brené Brown propose une technique pour gérer les situations conflictuelles. Cette technique vous permet de détacher les personnes des idées, de cultiver les relations et pourrait même vous faire envisager le conflit comme un jeu.


Face à un conflit, Brown recommande d'entrer dans une conversation de cette manière: "L'histoire que je me raconte autour de ce point est (...) Je comprends que c'est mon histoire. Quelle est la vôtre ? Et que comprenons-nous en mettant tout ça sur la table?"


En bref,


Aborder les raisons sous-jacentes d'éviter le conflit aide à le voir sous un nouveau jour. Le conflit n'a pas besoin d'être une expérience négative; il peut conduire à une compréhension plus profonde, des relations plus fortes et plus d'innovation.


Lorsque nous embrassons le conflit avec un esprit ouvert et une volonté d'apprendre, nous utilisons notre véritable potentiel et améliorons notre performance. Pour y parvenir, vous n'avez pas besoin de plus de théorie ou d'outils; travailler sur vous-même et faites en sorte de vous sentir réellement bien dans votre peau et avec vous-même pour ne plus rien prendre personnellement.


Rappelez-vous, il ne s'agit pas d'éviter le conflit mais de le naviguer de manière constructive. Challengez-vous à embrasser différents points de vue, à vous engager dans des débats sains et à voir le conflit comme une opportunité de croissance.


Travailler à développer un solide sentiment de valeur personnelle et de la conviction que vous êtes quelqu'un de bien et digne d'amour, aussi surprenant que cela puiss paraître est votre meilleur allier dans le conflit. Ce sont ces changements qui rendront enfin la théorie et les méthodes de gestion de conflits facile à appliquer!


P.S. : Vous voulez aller plus loin et accélérer le processus? Découvrez ma masterclass gratuite sur comment se défaire du syndrome de l'imposteur. Même si vous ne qualifiez pas votre challenge de cette manière, le besoin de plaire et le doute de soi sont typiques du syndrome de l'imposteur.. Cliquez ci-dessous!





Comments


bottom of page